De l’inégalité en Chine #FIcriticalmathFridays

De l’inégalité en Chine #FIcriticalmathFridays

Thomas Piketty : « De l’inégalité en Chine »

Entre 1978 et 2015, la croissance chinoise a incontestablement permis de sortir le pays de la pauvreté. La part du pays dans le PIB mondial est passée d’à peine 4 % en 1978 à 18 % en 2015 (alors que sa part dans la population mondiale déclinait légèrement, passant de 22 % à 19 %).

Exprimé en parité de pouvoir d’achat et en euros de 2015, le revenu national par habitant est passé d’à peine 150 euros par mois en 1978 à près de 1 000 euros par mois en 2015. Si le revenu moyen du pays reste entre 3 et 4 fois plus faible qu’en Europe ou en Amérique du Nord, les 10 % des Chinois les plus aisés – soit 130 millions de personnes tout de même – disposent, eux, d’un revenu moyen équivalent à celui des pays riches.Le problème est que les 50 % des Chinois les plus pauvres ont bénéficié d’une croissance deux fois plus faible que la moyenne.

D’après nos estimations, qui doivent être considérées comme une borne inférieure de l’inégalité en Chine, la part des 50 % les plus pauvres dans le revenu national chinois est passée de 28 % à 15 % entre 1978 et 2015, alors que celle des 10 % les plus riches passait de 26 % à 41 %. L’ampleur du phénomène est impressionnante : les niveaux d’inégalité sociale chinois ont nettement dépassé les niveaux européens, et se rapprochent à vive allure de ceux observés aux Etats-Unis.

On retrouve la même évolution, de façon encore plus spectaculaire, pour la concentration de la propriété privée. Entre 1995 et 2015, la part du patrimoine privé détenue par les 10 % les plus riches est passée de 41 % à 67 %. En vingt ans, la Chine est passée d’un niveau inférieur à celui observé en Suède à un niveau proche de celui des Etats-Unis.

Cela traduit une forte inégalité d’accès au patrimoine immobilier (presque entièrement privatisé au cours de cette période) et un processus de privatisation partielle des entreprises réservé à de minces groupes, dans des conditions de grande opacité. A ce rythme, le risque est que la Chine développe une sorte de plouto-communisme, avec une concentration de la propriété privée plus forte que dans les pays capitalistes, le tout tenu par un Parti communiste unique.

Source: De l’inégalité en Chine | Le blog de Thomas Piketty